post

Les techniques présentées parfois avec un certain retentissement dans la grande presse doivent être analysées avec prudence, en particulier en ce qui concerne l’association de la lipo-aspiration et d’ultra-sons.

lipo-aspiration ou ultra-sons

Sur le plan scientifique il n’est pas démontré que les ultra-sons ait un effet supérieur à la lipo-aspiration traditionnelle.

Cette étude est troublée par le fait que la plupart des appareils associe ultra-sons et aspiration classique, il est ainsi difficile de faire la part des choses.

Les ultra-sons ont été ” expérimentés ” en Europe il y a plus de cinq ans et ont été progressivement abandonnés par la plupart des praticiens qui les ont utilisés. Cependant, les appareils sont désormais autorisés aux Etats Unis et, la mode et la publicité aidant, de nombreux chirurgiens américains utilisent les ultra-sons (Ultrasound Assisted Liposuccion -UAL).

Il semblerait que certaines zones qui sont difficiles à traiter par la lipo-aspiration semblent réagir mieux grâce aux ultra-sons, par exemple les excès localisés du dos, et les graisses plus fibreuses que l’on retrouve chez l’homme ou lors des reprises chirurgicales.

Très souvent cependant, lorsqu’on s’adresse à des chirurgiens américains sérieux et qu’on leur demande pourquoi ils utilisent les ultra-sons, la réponse est : ” on en parle dans tous les journaux, je suis donc obligé de l’utiliser sinon la clientèle ira vers ceux qui l’utilisent “.

Sans donc avoir un avis totalement définitif sur cette question, et connaissant les engouements et parfois les excès de nos amis d’outre-Atlantique nous continuons à recommander une certaine prudence, d’autant que ces machines ne sont pas anodines, quelques complications ont été décrites lorsque les ultra-sons utilisés trop près de la peau, ont engendré des brûlures.

Quant aux canules rotatives, il semble qu’elles améliorent le confort du chirurgien mais pour l’instant nous n’avons aucune preuve d’une meilleure efficacité pour le patient par rapport aux techniques plus traditionnelles.