post

La chirurgie esthétique n’est pas une spécialité médicale à elle seule. Elle n’est officiellement reconnue que dans le cadre de la Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique. Contrairement à de nombreuses specialités medicales ou chirurgicales cette dernière n’est pas en rapport avec un seul système physiologique ou anatomique ( comme l’ophtalmologie par exemple) mais peut s’adresser à de nombreux organes.La définition de chacun de ces domaines n’est pas clairement établie et voici une proposition de classification.

chirurgie plastique

– Le domaine de la chirurgie reconstructrice concerne :

  1.  La reconstruction après cancer (amputation du sein par exemple)
  2.  La réparation d’un traumatisme ou de ses sequelles (reimplantation d’un doigt, réparation d’un nerf sectionné, plaie ou traumatisme complexe de la face ou des membres, amélioration d’une cicatrice…)
  3. • Le traitement de certaines anomalies congénitales (chirurgie cranio-faciale, bec de lièvre,malformation des doigts…).

– Le domaine de la chirurgie plastique concerne :

  1. La chirurgie dermatologique (lésions cutanées)
  2. La chirurgie de la main
  3. La plastie de réduction des seins trop volumineux.
  4. La plastie abdominale (uniquement lorsque le ventre est “en besace”)
  5. L’otoplastie (intervention des oreilles décollées).

Les interventions de chirurgie plastique ou reconstructrice sont prises en charge, au moins partiellement, par l’Assurance- Maladie.

– Le domaine de la chirurgie esthétique concerne des interventions non prises en charge (sauf circonstances exceptionnelles) par l’Assurance- Maladie.

La chirurgie esthétique comprend essentiellement les actes suivants :

  • lipoaspiration et chirurgie de redéfinition de la silhouette
  • augmentation des seins par prothèses
  • lifting des seins
  • procédés de rajeunissement du visage
  • rhinoplastie
  • traitement de la calvitie.

Comme pour toute chirurgie, les interventions de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique comporte des risques et des inconvénients éventuels : lorsqu’ils surviennent ils sont dans l’immense majorité des cas bénins, ne modifient même pas le résultat final et ne diminuent en rien la satisfaction des patientes.